Offre du livret d'épargne du moment :
LEO_300x250_1
Les acteurs pour votre livret d'épargne
mots clefs de vos recherche
entreprise Livret A loi Fillon ppe épargne retraite
LEO_468 x60_2

Nouvelle mesure sur le livret A: les réactions des banques

Dans le contexte économique actuel, les français font de plus en plus appel à des investissements sans risques. C’est sans nul doute ce qui fait du livret A le placement épargne préféré des particuliers en France. Pour faire face aux problèmes liés à la crise, le gouvernement Hollande a décidé d’augmenter le plafond du livret A de 25% au mois de septembre 2012.

Zoom sur cette nouvelle mesure et enquête sur les réactions des banques.

La modification du livret A

C’est un fait : aujourd’hui, plus de 95% des français possèdent un livret A. Avec plus de 60 millions de comptes ouverts, et plus de 190 milliards d’euros de dépôts, celui-ci s’impose comme le placement de tous les records !

Ce succès peut s’expliquer en partie par le fait que ce placement est totalement défiscalisé. En effet, les intérêts générés sur le livret A ne sont pas imposables, et sont totalement exonérés de charges sociales. Son taux de 2,25% fait du livret A un placement imbattable sur le marché financier.

Ainsi, la décision du président François Hollande d’augmenter le plafond de dépôt, tout en conservant l’absence de fiscalité des intérêts, ne peut qu’inciter les épargnants à investir toujours plus sur leur Livret A.

Le nouveau gouvernement a, en effet, pour projet de doubler le plafond du livret A, c’est-à-dire de le passer à 30 600€ au lieu des 15 300€ antérieurs, et ceci dans les quatre ans qui viennent. En attendant, il faudra se satisfaire de la hausse du plafond des versements de 25%, soit une limite de 19 125 €, effective depuis début octobre 2012.

Les adeptes du livret A sont finalement conquis par cette nouvelle mesure, mais qu’en est-il des banques?

Les conséquences pour les établissements financiers

L’agence de notation Moody’s pense que l’augmentation du plafond du livret A est un élément nuisible à la note des banques françaises. Elle déclare en effet que la mesure va surtout amoindrir la capacité des établissements financiers à augmenter leur financement par les dépôts.

Pour Moody’s, la hausse de 25% du plafond est déjà bien trop élevée pour ne pas nuire aux notes des établissements français, notamment pour trois banques : la BPCE, le Crédit Mutuel et le Crédit Agricole. Elles bénéficient en effet des encours les plus importants d’épargne défiscalisée, et devraient, en conséquence, subir davantage les transferts d’épargne que les autres établissements.

Cela dit, les banques elles-mêmes ne s’opposent pas vraiment à ce nouveau décret, même si elles sont restées dans le flou un certain temps quant à l’annonce de la date de mise en place du nouveau plafond.

Au final, les versements ont été possibles juste après l’annonce officielle de l’augmentation du plafond du livret A, que le client en possède déjà, ou qu’il souhaite en ouvrir un.

Le seul problème, selon l’établissement financier «le Crédit du Nord», reste celui de la mise à jour et de la restructuration du système informatique, qui doit prendre en considération cette nouvelle mesure.

Reste à savoir comment les banques feront face à la finalité du décret, à savoir le doublement du plafond du livret A, qui sera alors fixé à 30 600€. Celui-ci étant programmé pour dans les quatre années à venir, elles ont pour le moment le temps de voir venir…

 

LEO_468 x60_2