Offre du livret d'épargne du moment :
LEO_300x250_1
Les acteurs pour votre livret d'épargne
mots clefs de vos recherche
entreprise Livret A loi Fillon ppe épargne retraite
LEO_468 x60_2

Le Livret A conservera le taux de 2,25%

Le 1er Août 2012, le Livret A gardera son taux de rémunération de 2,25%, suite à la stagnation des prix constatée en juin.

Application de la formule de calcul en fonction de l’inflation

Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France se réfère à la formule officielle de calcul du taux d’intérêt du Livret A, pour déterminer la hauteur du taux qui sera fixée en août 2012. Celle-ci, implique la prise en compte de l’évolution des prix constatée par l’INSEE. Or, l’institut national n’a pas relevé d’augmentation des prix en juin. En conséquence, la Banque de France gardera le taux de 2,25% du livret A, pour le deuxième semestre 2012.

Une variation des prix très relative pour le Livret A

Déjà, en février 2012, le livret A aurait dû enregistrer une augmentation de son taux d’intérêt de 0,25 point, si l’on avait considéré l’inflation de la fin de l’année 2011. Cependant, Christian Noyer déclinait exceptionnellement ses prérogatives en faveur de la décision du gouvernement, afin de prendre en compte une future baisse de l’inflation en 2012. Ainsi, un taux arrangé fut fixé à 2,25% en février, sans respecter l’arrêté du 29 janvier 2008 qui réaffirmait le principe d’une correction en fonction de l’inflation passée et non à venir.

A présent, comme les statisticiens, qui connaissent bien le montant du caddie de la ménagère, attestent l’absence d’inflation, cet indicateur peut valablement être pris en compte pour calculer le taux des livrets défiscalisés.

L’enjeu bien compris est de ne pas ruiner les circuits d’épargne à long terme en conférant au Livret A un taux d’intérêt plus attractif. Dans cet absolu et considérant les impératifs de notre contexte économique, soit ce sera la formule de calcul qu’il faudra sacrifier, soit la notion d’inflation. Continuer d’affirmer que les prix ne grimpent pas finit par trahir les habitudes  autoritaires de nos administrations.

 

LEO_468 x60_2